Skip to main content

Groupe de Parole sur les Violences Conjugales

Comment est né le projet du groupe de Parole ?

Carine D. : Ce Projet date d’il y a plusieurs années, même avant ma formation en Approche Multidisciplinaire de l’Abus sexuel », à l’UCL en 2012. J’ai rencontré le Professeur Jacques Roisin (UCL), un de mes formateurs, qui lui, a mis en place un groupe de parole à Bruxelles et, je pense, à une certaine époque, à Charleroi. Dans l’entité de Namur, il y avait un groupe de parole animé par Mr Robert Goret, psychologue (Espace Médian). Puis, ce groupe de parole s’est dissolu. Donc, j’ai pensé qu’au travers une approche humaine et à l’ouverture de la parole, il était nécessaire que quelque chose de semblable puisse reprendre dans l’entité de Namur. J’ai rencontré Florence Lobet, coordinatrice et fondatrice de la Cellule Violence Conjugale de Namur « ça vaut pas l’coup ! ». De fil en aiguille, elle m’a mise en contact avec Robert Goret et c’est là que les choses ont vraiment commencé. La collaboration avec l’équipe de l’Espace Médian (Namur Sud) et le Centre de Psychothérapies de Namur (Namur Nord) a permis à un nouveau groupe de Parole « Violence Conjugale » à voir le jour. Nous avons, ensemble, travaillé sur le projet. Il a débuté en novembre 2017 pour la première séance pour le premier groupe….

Nous sommes complémentaires à la Cellule « ça vaut pas l’coup ! ». Nous sommes des acteurs de 3ième ligne.

La particularité du groupe de parole est de travailler avec deux intervenants pendant les séances.

Quels sont les objectifs du groupe de Parole « Violences Conjugales » ?

L’objectif est d’aider les personnes à sortir de leur statut de « victime ». Notre but est de stimuler les ressources des personnes. C’est ouvrir un champ vers une autre lecture de la problématique par le regard du groupe. Ils vont vivre une expérience positive. : on ne se tape pas dessus. C’est un apprentissage de vivre une expérience potentiellement bienveillante qui va leur changer les choses. C’est aussi leur apprendre à « mettre du lien » et aussi apprendre à mettre « de l’air » dans leur vécu traumatique. Les Thérapeutes sont là pour mettre en mot, en parole, ce qui a été traumatique pour la personne.

Composition de l’équipe :

L’équipe est composée du Dr Karima Bakhtri, Claude Demarcin, Anne Doumont, Carine Duray, Robert Goret, Noémie Nielens, Xavier Rassel, Annick Umutoni, Eric Vanderheyde.

Le Dr Karima Bakhtri est docteur en médecine physique et réadaptation. Elle a suivi une formation complète au Centre d’Etudes de la  Famille et des Systèmes (CEFS) à Bruxelles en Thérapie Familiale et Systémique. Formée en Processus de Domination Conjugale.

Claude Demarcin  est Psychologue. Il est spécialisé en relation d’Aide et en Approche Intégrative. Formé en Processus de Domination Conjugale.

Anne Doumont est Psychologue et Psychothérapeute. – Psychanalyste pour enfants, adolescents et adultes. Intervient pour tous les troubles.

Carine Duray est Assistante Sociale et Psychothérapeute Familiale et Systémique. Spécialisée en l’Approche multidisciplinaire des Abus sexuels (UCL) – Formée en Processus de Domination Conjugale.

Robert Goret  est Psychologue et Psychothérapeute Familiale et Systémique.

Noémie Nielens est Psychologue clinicienne, Cognitivo-comportementaliste. Psychothérapeute en Thérapie Familiale et Systémique (CEFS). Formée en Processus de Domination Conjugale.

Xavier Rassel est Psychologue, Psychothérapeute : Hypnothérapie (TCC,…) : Analyse Transactionnelle et Approche Analytique.

Annick Umutoni est Infirmière Psychiatrique, Psychothérapeute en Thérapie Familiale et Systémique. Spécialisée en Médiation interculturelle. Spécialisée en Traumatologie. Formée en Processus de Domination Conjugale.

Eric Vanderheyde est Psychothérapeute – Hypnothérapeute. Formé en Processus de Domination Conjugale.

Modalités pratiques du Groupe de Parole Violences Conjugales :

Lieu : Centre de Psychothérapie de Namur, rue des Œillets n°25 à 5020 Vedrin

Fréquence : une fois par mois

Participation financière : 30 € par participation de 2h.